13 – Gesichter- Max Beckmann

Sommaire

Link1 | Link2 | Link3
Link4| Link5 | Link6

 

Les dix-neuf estampes du portfolio Gesichter (Visages) de Max Beckmann ne présentent pas une séquence narrative mais plutôt des flashs de vie à différents moments. Les images, de tailles et de formats variés et de sujets variés, reflètent le caractère hétéroclite de l’existence humaine : les enfants jouent à des jeux de guerre pendant que des soldats sanglants sont allongés sur les tables des salles d’opération ; le désir irréalisable coexiste avec le plaisir vide de l’amour acheté ; on s’ennuie et se sent seul, à la maison ou dans la ville, seul ou dans la foule. Beckmann, un participant actif, apparaît dans de multiples autoportraits, dont un au début et un à la fin. Tout au long de la collection, l’artiste a exagéré les traits du visage, déformé l’espace et tiré pleinement parti de la texture rugueuse des lignes de la pointe sèche pour un effet expressif.

HISTOIRE DE PUBLICATION

Beckmann prévoyait à l’origine de publier deux portfolios distincts, l’un d’imagerie du temps de guerre et l’autre, intitulé Welt-Theater (Theatre du monde), illustrant la vie métropolitaine. Au lieu de cela, Julius Meier-Graefe a éliminé les pointes sèches inédites que Beckmann avait fabriquées entre 1915 et 1918 et publié ce portfolio unique. Il a également suggéré le titre. Gesicht a une gamme de significations – visage, vue, apparence et vision – et est riche en associations littéraires, évoquant en particulier Ainsi parlait Zarathustra de Friedrich Nietzsche, dans lequel le terme exprime les multiples facettes de l’existence humaine.

 


Fiche technique: 
Nom  — Editeur  —
Année  — Format  —
Editions:  —  —  —
Auteurs  —  Illustrations  —
Statut  — Autres copies  —
* —

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*